Plateforme Pastorale du Tchad
Espace de dialogue sur les politiques publiques de développement pastoral

Retour à la liste

Dans le cadre de la Plateforme Pastorale, les OP ont été informées du processus de rédaction d’un projet de Loi d’Orientation Agro-sylvo-pastorale et Halieutique (LOAH)

19 septembre 2017

Le Tchad, à travers principalement le Ministère de la Production, Irrigation et Equipements Agricoles, s’est lancé dans un processus d’élaboration d’un projet de loi d’Orientation Agro-sylvo-pastorale et Halieutique (LOAH). Ce travail a été confié à une équipe multisectorielle et multidisciplinaire issue de différents ministères en charge du développement rural notamment ceux en charge de l’agriculture, de l’élevage, de l’environnement, de la pêche et de l’eau. L’équipe ont bénéficié d’un appui technique et financier de la FAO à travers des recrutements de consultants. Démarré en début de l’année 2017 par une « revue du secteur rural », le processus d’élaboration a débouché en Juillet sur un avant-projet qui été par la suite présenté en Aout aux principaux acteurs lors de cinq ateliers régionaux à Amdjarass, Abéché, Moussoro, Massakouri et Moundou.

Au regard de l’importance de ce document qui définit la politique nationale de développement rural et qui va par la suite régir ce secteur une fois adoptée par l’Assemblée et le Gouvernement, une des faitières du secteur de l’élevage a sollicité de l’équipe en charge de la rédaction de l’avant-projet une journée d’informations sur le contenu du projet avant sa validation prévue lors d’un atelier national : « Refuser ou accepter quelques choses que l’on connait est responsable, mais refuser ou accepter quelques choses qu’on ne connait pas ou pas assez peut-être contreproductif et à la limite peut même paraître dangereux » nous dit le Responsable de l’Organisation Professionnelle demandeuse.

Cette journée d’informations a été élargie aux autres faitières sœurs notamment celles du secteur agricole et de la pêche et à des organisations de la société civile. Cette démarche, qui vise à l’amélioration de la politique publique du développement rural en général et celle du Développement Pastoral en particulier, s’inscrit bien dans la vision de la Plateforme Pastorale du Tchad qui a appuyé cette initiative.

L’objectif de cette journée était de présenter et d’expliquer aux membres des organisations Professionnelles du secteur rural en général et celles du secteur de l’élevage en particulier le contenu de cet avant-projet de loi en vue de rendre leur participation plus productive au prochain atelier national de validation prévu pour le 20 septembre 2017.

Une trentaine de participants issus des différentes organisations des pasteurs ont pris part à cette rencontre. Au cours de cette rencontre : (i) une présentation de l’avant-projet a été faite par l’équipe en charge de l’élaboration de l’avant-projet aux membres des Organisations Professionnelles, (ii) les enjeux de cet avant-projet de loi ont été clairement expliqués aux participants et enfin (iii) les membres des Organisations Professionnelles ont formulé quelques recommandations qui pourraient enrichir les débats lors de l’atelier national de validation. Ces recommandations concernaient de reformulations d’un certain nombre d’articles, des réadaptations voir même des propositions de rajout d’articles.

L’équipe en charge d’élaboration de ce projet de loi a apprécié à juste titre la pertinence de ces recommandations et promis de travailler à leur intégration avant la transmission du projet de loi à l’Assemblée Nationale.

La Plateforme Pastorale du Tchad devra donc avec les Organisations des éleveurs mettre en place une stratégie de veille et de plaidoyer jusqu’à l’adoption et la promulgation de cette loi qui permettra par la suite à une possibilité d’élaboration d’un code spécifique au pastoralisme dans le cadre du futur code rural que le projet de loi annonce.